Don’t you forget about me, as you walk on by, will you call my name ?

Un jour, une des personnes auxquelles je tiens le plus (ce sont aussi les personnes que je repousse le plus, curieusement) dans ma vie m’a dit que j’irais mieux. Que rien ne dure pour toujours. Elle savait que c’était ce que j’avais besoin d’entendre, parce qu’elle avait eu besoin de l’entendre elle aussi. Et je savais qu’elle avait raison. J’ai envie d’avancer dans ma vie, vraiment. J’ai envie de m’en sortir, je le sais. Seulement, il me faut du temps. J’ai envie d’aller mieux pour moi bien sûr, mais aussi pour elle. Parce qu’elle a été la seule qui pouvait vraiment changer mon humeur quand j’étais au plus bas, et je veux lui montrer que je peux le faire. Que comme elle, je peux remonter la pente. Qu’elle peut toujours compter sur moi.

Mais depuis quelques jours, ma tête me souffle une petite idée, comme ça. Comme une tempête, qui s’est transformée en peur. Un truc qui dit : « Et si un jour, elle s’en foutait ? Et si un jour, à force de ne plus parler, elle t’oubliait ? »

Un truc qui me terrifie.

Yes. You. Are.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s